ITV#015 // Où il est question de funk, hip-hop, nid berlinois, de bulles narratives, de spontanéité, de culture musicale, de Lettonie et de musique électronique aussi !…Perrine aka Dj La Fraîcheur à la tête sur les épaules, les mains sur les platines et les jambes qui gambadent aux 4 coins de la planète / Elle s’est posée telle une goutte de rosée pour répondre à nos questions et nous concocter un WMN! exclusive mix avec que des filles dedans… elle nous explique pourquoi :

 » Note sur la mixtape, importante pour moi : Normalement, je n’aurais pas fait de mixtape uniquement avec des artistes féminins. Je considère que se concentrer sur le genre finit par prendre toute la lumière et on oublie de parler de la qualité. C’est encore les mettre a part alors qu’elles font parties intégrantes de la scène. Ce n’est donc ni leur rendre service, ni leur faire honneur. Sauf qu’en commençant a travailler sur la mixtape, j’ai réalisé que naturellement, dans l’enchaînement, j’avais déjà 70% de tracks fait par des femmes. Et après les conneries sexistes qu’on a pu entendre ces derniers mois dans la presse spécialisée (DJ Mag et sa photo-guide pour CDJ & Trax qui fait un dossier sur la nouvelle scène parisienne incluant 67 mecs et 2 filles et qui justifie son choix sur Facebook par un hypocrite et insultant « Debout les filles ! Faites quelque chose pour que ça change, nous avons hâte de vous entendre plus » j’ai pas pu m’empêcher de me dire que ça ne ferait de mal à personne de réaliser qu’on peut jouer un sacré bout de temps juste avec ce que les femmes produisent. Dedans, de l’ancien & des nouveautés, des classiques des patronnes & des futurs perles des nouvelles têtes. »

WMN! Exclusive mix ♪ La Fraîcheur ♪ Montréal & Paris & Berlin by Wmn! on Mixcloud

1Bonjour Perrine, pourrais-tu te présenter à nos lectrices/lecteurs ?

30 ans, française, basée a Berlin, je suis DJ et je bosse sur le label Leonizer Records.

2Pourquoi ce nom de scène La Fraîcheur ?

Quand j’étais plus jeune, une amie de ma soeur appelait les filles des « fraîcheurs », c’était un qualificatif devenu appellation comme « hé regarde la fraicheur de l’autre coté de la rue! » par extension je suis devenue la fraîcheur c’est resté mon surnom. quand il a fallu chercher un « nom de scène » je me voyais pas me prendre la tête, pour moi c’est accessoire. ça s’est fait tout seul j’ai juste gardé le nom qu’on me donnait déjà.

3Quand as-tu commencé à mixer ?

J’ai commencé a mixer il y a 10 ans a Paris. Dans mon studio en sous-sol je mixais House mais dans la vraie vie au dessus du niveau de la rue, je mixais surtout Funk & Soul et c’est Guido Minisky d’Acid Arab me voyant mixer a des soirées de Juliette Dragon qui m’a filé un coup de pouce. Apres ça j’ai mixé de tout. Il m’a fait comprendre que la spécialisation n’était pas une nécessité pour avoir l’air légitime. Pas besoin d’être puriste pour être amoureux. Comme j’aime beaucoup, je vis de beaucoup de styles différents, ça m’a correspondu!

4Quels sont tes styles musicaux de prédilection ?

Ca dépend des phases de ma vie, ça dépend de mon humeur, ça dépend de l’endroit où je mixe et du public pour qui je mixe. En ce moment je mixe principalement de la deep house / techno un peu sourde, un peu mate, un peu moite quand je suis en club et j’aime beaucoup quand on m’invite en bar avec carte blanche et alors c’est hip hop et afrobeat pendant des heures. Mais je m’adapte aussi et je cherche les différentes opportunités d’avoir à le faire pour multiplier les occasions de jouer autre chose.
Mixer pour des vernissages ou un lobby d’hotel chic va me permettre de passer du post rock, de la bossa nova, du classique, mixer dans un garage pour un fundraiser de balancer du rock, du yéyé, n’importe quoi en fait. Tant que ca me fait sourire et que ça va embarquer les gens avec.

5Qu’écoutes-tu en ce moment ?

En ce moment j’ecoute beaucoup de techno melancolique presque electronica comme Aparde (<3) de l’indie rock ou art rock comme Warpaint, Yamantaka // Sonic Titan & Blue Hawaii et puis je me replonge pour une 1352436547ème fois dans le hip hop de mon enfance, Pete Rock & CL Smooth, Tribe, MC Solaar.

6Quelle est ton actualité ?

Beaucoup de dates! Cette année j’ai décidé de partir explorer l’Europe. Depuis mon retour de Montréal où j’ai habité quelques années, j’ai refait mon nid de ce côté-ci de l’Atlantique et beaucoup de mon énergie a été dépensé à m’installer à Berlin et y commencer une nouvelle phase de ma vie. Maintenant que je me sens posée, je veux profiter d’être de retour sur le continent pour le découvrir bien mieux et sortir du triangle Allemagne-France-Suisse que je connais bien. Ce printemps, je pars mixer a Ljubljana en Slovénie et à Riga en Lettonie par exemple. Je suis, on ne va pas le cacher, super excitée !!!

7De quelle(s) artiste(s) féminine(s) te sens-tu la plus proche et pourquoi ?

Je me sens pas vraiment artiste. En tout cas pas dans l’acception commune qu’on en a. Je ne crée pas de « pièces » sur lequel je peux apposer mon nom. Je crée des moments, des bulles narratives, des cocons pour que les gens y fassent leurs vies. Que ça soit du temps « réel » / instantané (quand je mixe en public) ou « en différé » (avec mes mixtapes, et particulièrement quand je sors de la musique électronique comme les « Love, Make It« , « Herbst in Montreal » etc..) je crée des histoires où l’accompagnement sonore et émotionnel pour que les gens créent les leurs, propres.
Sinon, pour le coté féminin, je dois dire que je suis pleine d’admiration et de tendresse pour un paquet de filles de la scène DJ et en particulier : Riff Raff (Seattle) Mr. Charming et Roy G Biv (Portland) Heidy P (Montreal) Lucy Ironmonger (Manchester) Nina Hudej (Ljubljana) AZF (Paris) Rescue (Grenoble).

8Quelle est ta devise ?

je dirais que j’en ai 2 qui me suivent depuis que je suis jeune adulte « Life is what happens when you’re busy making other plans » qui me poussent à toujours me créer des opportunités mais a être flexible quand la vie prend des détours imprévus & « There is not other time to do things than the time you do them » pour ne pas avoir de regrets (de pas avoir fait les choses plus tôt par exemple) et garder en tête que ce qui compte c’est de les faire. Y’a juste une vitesse et une manière de grandir, la nôtre.

9Que peut-on te souhaiter pour 2014 ?

Toujours plus de voyages. Je suis au moins 4 mois par an ailleurs qu’à la maison sans compter les déplacements en weekend. J’ai besoin de découvrir et de me perdre.

10 1 mot pour les filles qui souhaitent se lancer dans la musique ou autre domaine artistique ?

Je me sens pas l’âme d’une tutrice. Fais ce que t’as a faire. Fille ou garcon, bosse.

Merci Perrine ! On retrouve La Fraicheur sur FB  sur Soundcloud  //

Interview réalisée par Alice Cornélus.

 

Comments

comments